Comment anticiper les épisodes de sécheresse dans les aménagements

 

On distingue trois types de sécheresses (cf. http://www.meteofrance.fr) :

La sécheresse météorologique correspond à un déficit prolongé de précipitations,

La sécheresse agricole se caractérise par un déficit en eau des sols superficiels (entre 1 et 2 m de profondeur), suffisant pour altérer le bon développement de la végétation,

La sécheresse hydrologique se manifeste enfin lorsque les lacs, rivières ou nappes souterraines montrent des niveaux anormalement bas.

Au jardin, cela se traduit par des pelouses et des plantations qui sèchent, des sols crevassés, la mort de la micro et macro faune du sol, … Pour anticiper et limiter l’impact de ces épisodes de déficit hydrologique, des solutions simples existent :

Le premier réflexe est de ne pas laisser un sol nu. En effet, cela augmente l’évaporation de l’eau disponible dans les sols, cela augmente l’érosion et altère la structure. Dans la nature, les sols ne sont jamais mis à nus et sont naturellement moins sensible aux épisodes de sécheresse. Pour cela couvrez d’un paillage naturel les massifs ou espaces de plantations. Pensez à réaliser une analyse de votre sol. En effet, un sol bien structuré aura un pouvoir de rétention naturellement plus fort.

Disposez, aux endroits stratégiques, des récupérateurs d’eau qui permettront, de limiter l’impact des épisodes sur les plantes.

Privilégiez une végétation adaptée. Cela peut être des plantes locales particulièrement adaptées aux conditions édaphiques et climatiques, mais aussi des plantes spécifiques adaptées à des conditions particulières que l’on peut rencontrer au jardin, plantation en bacs, plantation en sol remanié, plantation dans des endroits aux conditions d’expositions particulières, …

L’arrosage automatique est aussi une solution en cas de périodes courtes n’affectant pas trop les réserves en eau. Pour cela utilisez des micros asperseurs localisés, des systèmes de gouttes à gouttes, des programmateurs qui permettent de cibler les heures d’arrosages (tôt le matin et/ou en soirée). Il existe aussi des systèmes de poteries qui délivrent l’eau en faible quantité mais régulièrement.

Une autre méthode consiste à mettre en place une gestion différenciée respectueuse des espaces. Cela consiste à traiter différemment des zones en fonction de l’usage et de l’aspect à leurs donner. Des zones où les plantes sont traumatisées, le meilleur exemple est la pelouse classique tondue à ras, plus sensible.Relever la hauteur de coupe limitera déjà l’impact de la sécheresse pour un visuel quasiment identique.

Solveg met un point d’honneur à mettre en œuvre ces techniques grâce à des études et analyses ciblées pour une offre globale de conception et de création de projets durables.

Ajouter un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *